Estébois

En espace inconnu

Re: Estébois

Messagede Gurvan le Jeu 13 Jan 2011 10:09

Discutant avec Monsieur Baser dans la coursive menant au sas, Gurvan tournait le dos à ces compagnons lorsqu'ils étaient arrivés de la cafeteria. Il avait froncé les sourcils en voyant le manège du client, sursauté en se retournant :

"Monsieur Gorda ! Vous êtes... différent..."

Il lui avait fallu un effort de concentration pour ne pas pouffer à la vue de l'espèce de prognathisme exotique dont Khaadaric avait affublé leur passager sous surveillance. Il avait regardé le Soldat, visiblement content de lui, le Marchand, qui vraisemblablement faisait les mêmes efforts pour garder sa maîtrise de soi, et sa co-guildienne, apparemment impassible mais dont les yeux jetaient par moment des regards furieux à Djal.

oO( Eh bien... Apparemment il s'est déjà fait une copine... )

Sémirande a écrit:[Hé làààà]
"Hé làààààà ! Une minute ! Qu'est-ce que c'est que ce cirque ? Ce type que l'on ne connait ni d'Eve ni d'Adam... Il a quel statut au juste ? Parce que pour ce qui est de l'intégrer à l'équipage, ce qui doit de toute façon être discuté en CA, ma réponse est : véto.
Qu'il soit employé par monsieur Baser comme monsieur Orkalys le fut par Madame, je n'ai par contre pas à m'en mêler.
J'ai dit."


"Pour l'instant, il a été confié à notre surveillance par les autorités de Paraji. C'était ça ou bien nous partions vers Sima et les Etoiles savent où ensuite avec seulement trois jours d'antimatière dans les cuves. Comme il a quelques talents qui l'intéressent, il a été embauché par Monsieur Baser. La différence avec Khaadaric et Madame Norjansk, c'est que Khaad avait le même statut que la cliente, alors que Djal n'aura pas la même latitude de mouvement. Il est sous notre responsabilité et devra nous obéir, pas le contraire. Skriblllz et Skrublllz lui ont laissé jeter un oeil au système de bord pour le tester, j'imagine. Il n'a pas les codes d'accès sécurisés, il n'aurait en aucun cas pû toucher au noyau. En ce qui me concerne, je pense qu'on peut temporairement l'intégrer à l'équipe en tant que spécialiste infocom et je vote pour."
"Par notre sainte patronne Rosalia, je jure d'assurer à travers toute la Galaxie la libre circulation des Etres, leur sécurité et leur confort et de les amener à bon astroport fût-ce au péril de mon vaisseau ou de ma vie."
Serment Navyborg
Avatar de l’utilisateur
Gurvan
 
Messages: 2048
Inscription: Mer 12 Aoû 2009 11:37
Localisation: En route vers Vonda

Re: Estébois

Messagede Khrys le Jeu 13 Jan 2011 22:09

Khrys renchérit:
Ce qui est pratique dans son statut actuel, c'est qu'il bosse pour nous, et qu'il est payé par le Client... 8)
Voyant le regard de ses compagnons se tourner froidement sur lui... :?

Bon, autant dire que cette période pourra nous permettre de mieux le connaitre, et d'apprécier ses talents de Tekno. S'il nous plait, ou s'il sait être aussi compétent que son comportement a des allures de dilettante, alors je vote pour.
C'est un sorte d'essai... Mais j'aimerais que Khaadaric l'empêche de toucher à tout, car apparemment, c'est sa curiosité qui lui a attiré ses ennuis.

Après on pourra toujours décider comment il intègre l'équipage, ou s'il reste au bon service du client.
Tout à un prix, même les hommes ont le leur.
Avatar de l’utilisateur
Khrys
 
Messages: 4166
Inscription: Mer 23 Jan 2008 22:37

Re: Estébois

Messagede khaadaric le Ven 14 Jan 2011 08:09

Khrys a écrit:Khrys renchérit:..... Mais j'aimerais que Khaadaric l'empêche de toucher à tout, car apparemment, c'est sa curiosité qui lui a attiré ses ennuis.

Merci Khrys d'aller dans mon sens.
Pour être franc avec vous, j'ai failli lui en coller une ou deux lorsque je l'ai vu proche d'une console.
J'aime pas ce genre de mec qui se croit partout chez lui. J'ai pas confiance. Il méprise l'autorité.
Et puis........par rapport à ses compétences, j'ai un mauvais pressentiment.
J'ai capté certains regards de Monsieur Baser pendant qu'il testait Djal et je sais pas mais ....... je pense que monsieur Baser à un plan dans sa tête pour récupérer d'autres "objets" et que Djal pourrait jouer un rôle la dedans.
Et ça, c'est pas bon pour notre situation.
En plus, rien ne nous garantit que ce n'est pas un mouchard de nos "puissants amis".
Je vote pour un marquage à la culotte avec un cassage de nuque s'il met Lucifer Transport dans une position délicate.
Faut pas pousser mémé dans les ordis !!! geek man
Avatar de l’utilisateur
khaadaric
 
Messages: 1224
Inscription: Dim 5 Oct 2008 16:00

Re: Estébois

Messagede Sémirande le Ven 14 Jan 2011 11:43

[Tout arrive]
"Je vote pour aussi."
Sémirande
 

Re: Estébois

Messagede Gurvan le Ven 14 Jan 2011 18:04

Gurvan hocha la tête et conclut :

"Bon, nous sommes donc d'accord pour intégrer temporairement Djal à l'équipage, sous la surveillance de Khaadaric."

Il se rapprocha de Messieurs Baser et Gorda en train de converser avec Meldior et adressa un sourire au jeune homme :

"Alors fiston, tu penses pouvoir nous trouver une bonne auberge ?"
"Par notre sainte patronne Rosalia, je jure d'assurer à travers toute la Galaxie la libre circulation des Etres, leur sécurité et leur confort et de les amener à bon astroport fût-ce au péril de mon vaisseau ou de ma vie."
Serment Navyborg
Avatar de l’utilisateur
Gurvan
 
Messages: 2048
Inscription: Mer 12 Aoû 2009 11:37
Localisation: En route vers Vonda

Re: Estébois

Messagede MdJ le Ven 14 Jan 2011 19:27

… Monsieur Baser avait finit de marchander avec leur jeune guide : des pièces de bronzes étaient passées de main en main, à la satisfaction apparente de chacun des parties.

Monsieur Baser, s’était ensuite accoudé au garde-corps du pont, leur tournant le dos, attendant qu’ils aient fini de décider à quelle sauce le pauvre Djal, agneau sacrificiel tué sur l’autel de la méfiance, allait être mangé.

Il humait l’air de ce monde qui lui était inconnu, observant de ses yeux mi-clos les navires qui passaient, les oiseaux portés par la brise qui guettaient les pécheurs, à l’affut d’entrailles ou d’une opportunité quelconque.

Au bout d’un moment, la réunion improvisée de 4/6 ième de l’assemblée générale se terminant, il revint vers eux, tout en s’allumant une cigarette.

Il leur demanda à quelle conclusion ils étaient parvenus. Djal était à ses cotés.

Il écouta leur réponse sans faire de commentaire. Il inclina la tête en direction de la ville toute proche.

Pouvons-nous y aller ? A la question de Gurvan il répondit, devançant Meldior. Je crois avoir trouvé une hostellerie tout à fait convenable compte tenu des conditions de confort locales. Le palais Ghalaveri. C’est bien cela Meldior ?

Le pont suspendu paru moins long à ceux qui l’avaient déjà emprunté. Sous le soleil la ville semblait plus accueillante, moins oppressante que noyée dans le brouillard matinal. Ce qui ne changeait pas, malgré une température un peu plus clémente, c’était l’humidité omni présente, le parfum feu de bois et les sollicitations régulières des marchands. Ces derniers installés au pied de leur maison empiétaient parfois largement sur les passerelles de bois servant de trottoir suspendus. Ils réduisaient d’autant l’espace réservé aux piétons, aux charrettes à bras et à des animaux de bas bipèdes.

Interrogé Meldior répondit : Ce sont des Klimpos, on les élève dans les mangroves. Ils sont végétariens et on leur coupe leur ergot nuptial afin qu’ils ne se battent pas. Ils sont très bêtes, mais bien pratique pour porter des charges lourdes.

L’animal en question était une sorte d’échassier reptilien dont le long cou se terminait par une collerette sensitive. Il n’y avait pas de bouche sur cette tête. C’était juste des organes de vue, d’ouïe, d’odorat qui évoquaient des plumes colorées. La « bouche », un bec plat, situé sur le poitrail était entouré de quatre courtes pattes ravisseuses.

Les bêtes étaient souvent lourdement chargées, mais elles servaient parfois de monture comme ils purent s’en rendre compte en voyant passer en contrebas une gabare chargées de soldats et de klimpos de monte.

Sur les conseils de Meldior ils s’arrêtèrent dans une boutique locale : même s’ils ne s’habillaient pas à la mode locale, il leur fallait impérativement un chapeau. A la réflexion c’était exacte : tous les habitants de la cité lacustre qu’ils avaient croisé portait un couvre chef. Cela allait du béret, au chapeau à plume en passant par la simple calotte. C’était une simple forme de politesse.

Quel chapeau choisissez-vous ?
Avatar de l’utilisateur
MdJ
 
Messages: 2873
Inscription: Mar 12 Jan 2010 10:02

Re: Estébois

Messagede Khrys le Ven 14 Jan 2011 21:02

MdJ a écrit:
Quel chapeau choisissez-vous ?


La coiffe pharaonienne, ca en jette, et ça s'accorde avec mon costume.
Bon, ok, j'aurais préféré que les gemmes soient véritables, et les dorures massives, mais bon... à la guerre comme à la guerre :D

Image
Dernière édition par Khrys le Ven 14 Jan 2011 22:43, édité 1 fois.
Tout à un prix, même les hommes ont le leur.
Avatar de l’utilisateur
Khrys
 
Messages: 4166
Inscription: Mer 23 Jan 2008 22:37

Re: Estébois

Messagede Sémirande le Ven 14 Jan 2011 21:31

Je vais en prendre deux trois au Méphisto. On ne sait jamais :
Image
Sémirande
 

Re: Estébois

Messagede Gurvan le Ven 14 Jan 2011 22:33

Comme d'habitude, Gurvan était coiffé d'une
Image
ornée du logo
Image
... Ce qui n'était déjà pas très discret en soit.

Mais il aperçut dans la boutique un couvre-chef dont il fit l'acquisition :
Image
"Par notre sainte patronne Rosalia, je jure d'assurer à travers toute la Galaxie la libre circulation des Etres, leur sécurité et leur confort et de les amener à bon astroport fût-ce au péril de mon vaisseau ou de ma vie."
Serment Navyborg
Avatar de l’utilisateur
Gurvan
 
Messages: 2048
Inscription: Mer 12 Aoû 2009 11:37
Localisation: En route vers Vonda

Re: Estébois

Messagede MdJ le Ven 14 Jan 2011 23:43

Le chapeau choisit (Tchi tcha : Khrys était resplendissant avec sa coiffe, il se retenait de ne pas marcher de profil, Sémirande jouait la charge héroïque en portant un ruban jaune sur son chapeau, Gurvan regrettait de ne pouvoir faire l’acquisition d’une rapière), ils se dirigèrent en direction de l’hôtel.


Ce petit épisode mercantile leur permis de s’apercevoir que le change les avantageait. Nettement.


Le palais Ghalaveri était un ancien hotel particulier, une demeure qui avait été construite par un patricien plus d’un siècle auparavant et qui suite à un revers de fortune avait été transformé en hotellerie de luxe. De riches marchands, de rares touristes galactiques se partageaient la petite quinzaine de chambres qu’offrait l’établissement.


C’était un grand bâtiment de quatre étages dont les balcons à encorbellement surplombaient le canal principal. Plusieurs essences de bois, choisies pour leur beauté, leur durabilité le composaient en un ensemble harmonieux et contrasté.


La grande double porte sculptée passée ils furent accueillis par une petite armée d’employés portant la livrée or et bleu de l’établissement. Ils proposèrent de les débarrasser de leur sacs, leurs offrirent de patienter dans les grands fauteuils de cuir. De grandes fenêtres de verre cathédrale illuminaient l’intérieur du lobby, faisant resplendir le planché marqueté.


Un homme, vêtu d’une sorte de queue de pie à passementerie d’argent fermé par des boutons de fer vernis et d’un shako cerclé de bronze se dirigea vers eux : le concierge ou ce qui en tenait lieu.


Il s’enquit de la durée de leur séjour, et demanda le nombre de chambres qu’ils souhaitaient réserver pendant qu’on leur servait des rafraichissements et qu’on mettait à leur disposition des pipes à eau, conformément à l’usage.


Khrys régla les détails : c’était cher, même contenu du taux de change, mais monsieur Baser d’un léger signe de tête lui indiqua de ne pas marchander. Il intervint de nouveau quand le concierge proposa pour « leur domestique » de mettre un matelas à disposition devant la porte de son maître. Il exigea une chambre pour Meldior malgré les regards gênés et alarmés de celui-ci. Visiblement sa requête choqua l’homme aux clefs de fer qui après avoir gaugé la situation avec intelligence, ne fit plus de difficultés.


Ils finirent par occuper un étage complet : le dernier, celui qui dominait la ville et bénéficiait ainsi de la meilleurs vue.


Chaque suite se composait d’une chambre, d’un petit salon, d’installations sanitaires à l’ancienne et d’un beau balcon. Chacune était décorée avec gout de fresques peintes, de mobilier sculpté. Ils trouvèrent chacun, non loin de leur lit à colonnade fermé de rideaux une pipe à eau et un cabinet à drogues mis gracieusement à disposition. Le chauffage était assuré par de petits poêles en céramique qui diffusaient, par un réseau de tuyaux habilement dissimulés, leur chaleur dans les pièces.


Les pièces étaient communicantes et chacune des suites disposait d’un majordome.


Ils prirent place, s’installèrent chacun dans sa suite.


Que faites-vous maintenant ?
Avatar de l’utilisateur
MdJ
 
Messages: 2873
Inscription: Mar 12 Jan 2010 10:02

PrécédenteSuivante

Retourner vers Au delà des frontières


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron